gifle         kside

© Anne Sophie Maignant - Collection Frac Haute-Normandie

La Gifle, 2005 (1’35 en boucle)
In K side( Is there a reason for dyeing?), 2003 (6‘15)

Pour rencontrer l'oeuvre exposée au Cdi, les élèves travaillent en demi-groupe afin d'effectuer des recherches sur Internet:

  • qui est Anne Sophie Maignant ?
  • Qu'est-ce que l'art vidéo ?
  • Décrivez le processus d'exposition.

L'autre moitié du groupe est elle même divisée en deux. Chaque sous groupe, après avoir appréhendé la proximité, la vue d'ensemble, la superposition des deux œuvres, s'attache à observer et à analyser une vidéo.

A l'oral, différentes choses émergent :

  • le processus d'exposition (socle, téléviseur, DVD),
  • le médium : la vidéo,
  • ce que la vidéo implique (par rapport à l'image fixe),
  • temps, mouvements, sens de lecture, sons, lumières de l'écran

Quelques pistes d'exploitation autour d' In k Side

Questions relatives à l'oeuvre:

  • Quel est le processus d'exposition ?
  • Quel est le médium ?
  • Qu'induit le médium ?
  • Décrivez ce que vous voyez dans l'ordre chronologique de diffusion?
  • Le déroulement des actions paraît-il logique et ordonné ?
  • Comment le temps est-il manipulé ?
  • Identifiez vous clairement le temps et les espaces ?
  • Anne Sophie Maignant se contente-t-elle de filmer une scène banale de la vie quotidienne ?
  • Comment intervient le travail de la lumière ?
  • Quels types de sons entendez vous ?
  • Quels effets produisent-ils ou intensifient-ils ?
  • De quelle manière est montrée ou suggérée la présence humaine et féminine ?
  • Quelles actions relevez vous ?
  • Le jeu de mot du titre "teindre et mourir" vous paraît-il approprié ? Comment 'interprétez vous ?
  • Le plan est-il fixe comme dans la gifle ?
  • Que produit comme effet la cohabitation des deux œuvres ?

Enjeux / notions :

  • perceptions du réel,
  • perceptions de la narration, (à partir de quand y-a-t-il narration ?)
  • perception de l'espace,
  • ces perceptions sont-elles troblées, bousculées ?
  • transfiguration du banal

Pistes de travail:

  • 4ème1 : association archimède, réalisation d'un autoportrait vidéo
  • 4ème6 : "créez un membre de la famille de la femme qui pleure"
  • 3ème : mise en oeuvre de procédés de relevé pour perturber les notions d'espace et/ou de temps. Question de l'implication du corps

4ème :

  • choix d'un tableau pour appropriation
  • vous filmerez une action qui vous met en scène, une séquence de moins d'une minute, en classe par groupe de 2 à 4 sur une séance.
  • Vous travaillerez votre séquence avec le logiciel Movie Maker afin de changer la perception du temps, de l'espace et/ou des mouvements.

Rapport au textes officiels :

  • Les images et leur relation au réel : dialogue entre l'image et son référent "réel" qui est source d'expression et met en regard la matérialité et la virtualité
  • Les images et leur relation au réel : durée, vitesse, rythme, processus séquentiels, montages, découpages, ellipse, fixes et mobiles.
  • exploiter la dimension temporelle de l'œuvre.
  • Repérez les caractéristiques qui permettent de distinguer la nature des images.

Références selon les ouvertures et les pistes pédagogiques :

La vidéo : rapport entre la durée et la temporalité, rapport au réel.

  • Bill Viola, The reflecting pool, 1977-79,
  • Hervé Nisic, Autoportrait, 1980,
  • Peter Campus, Three transition, 1973
  • Bruce Nauman : rapport au corps intime et processus d'installation et de diffusion
  • Pierrick Sorrin : auto mise en scène, autodérision
  • femmes vidéastes, Ulrike Rosenbach, "Ne croyez pas que je sois une amazone"
  • Lynda Benglis : confrontation entre elle et son image diffusée sur un écran : le réel et son double enregistrés
  • Valérie Export : mise en scène du corps de la femme dans des performances et des installations (cf actionnisme viennois)

Idée du corps vidéo chorégraphié :

  • Nom June Paik et Charles Atlas, Merce by Merce by Paik
  • Pipilotti Rist, I'm not the girl who missed Much, 1986

Ecart entre image et référent au réel :

  • Douglas Gordon, Monster, FRAC Haute Normandie, 1997, Photographie couleur
  • Pablo Picasso, série des Femmes qui pleurent, 1937 : déformation expressive, rapport entre image et référent.

Rapport à l'autoportrait

  • Egon Schiele autoportrait, 1976, Huile et pastel sur toile, 34 x 29,5cm : moyens plastiques mis en oeuvres pour exprimée, question des écarts à la réalité,
  • autoportrait en soldat, 1914, huile sur carton, 68 x 53,5 cm

Rapport aux scènes d'intérieur, scènes du quotidien :

  • Johannes Vermer, arts hollandais du 17ème sciècle.
  • Léon Spilliaert, Autoportrait au miroir, 1908, aquarelle, gouache et pastel sur papier 48 x 63 cm

Autour de La Gifle

CRÉEZ UN MEMBRE DE LA FAMILLE DE LA FEMME QUI PLEURE

Le portrait en image (diaporama) au fil de son histoire (en rapport au programme de 4ème).

évocation de la hiérarchie des genres.

énumération des genres.

la naissance du portrait

  • Anonyme, (école française), Jean II le bon, vers 1360, Tempera et or sur bois, 60 x 44,5 cm, Paris Louvre.
  • Piero della Francesca, Double portrait du duc et de la duchesse d'Urbino, entre 1465 et 1470, deux volets de dipyque, tempera sur bois, 47 x 33 cm, Florence, Musée des offices.
  • Entourage de Jan Van Euck, L'homme à l'oeillet, entre 1420 et 1430, huile sur bois, 41,5 x 31,5 cm, Berlin

Le portrait psychologique et d'apparat :

  • Jean et François Clouet, Portrait de François Ier, vers 1525, huile sur bois, 96 x 74 cm, Paris, Le Louvre
  • J.A.D. Ingres, La Contesse d'Haussonville; , 1845, huile sur bois, 131,8 x 92 cm, NY
  • Digo Velasquez, Philippe IV à cheval, vers 1635, huile sur toile, "301 x 317 cm, Madrid, musée du Prado.
  • Hyacnhe Rigaux, Louis XIV, 1701-1702, huile sur toile, 279 x 190, Paris, musée du Louvre.
  • Antoon Van Dyck, Charles Ier à la chasse, non daté (entre 1632 et 1641), huile sur toile, 266 x 207 cm, Paris, musée du Louvre.

Le portrait de face et sa subversion :

  • Jean Van Eyck, Dieu (le Père ou le Fils), 1426-1432, panneau central du registre supérieur du Polyptyque de l'agneau mystique, huile sur bois, 222,2 x 83,1 m, Gand, Cathédrale Saint Bavon.
  • J.A.D Ingres, Napoléon Ier sur le trône impérial, 1806, huile sur toile, 259 x 162, Paris, musée de l'Art Moderne.
  • Paul Cézanne, portrait d'Achille Emperaire, 1869-70, huie sur toile, 200 x 120 cm, Paris, Musée d'Orsay.

Du portrait de donateur au portrait de groupe :

  • Frans Hals et Pieter Codde, La compagnie de capitaine Reynier Read (la Maigre Compagnie), 1633-37, huile sur toile, 207,2 x 427,5 cm, portrait collectif, Amsterdam, Rijks museum.
  • Rembrandt, La leçon d'anatomie du docteur Nicolaes Tulp, 1632, huile sur toile, 169,5 x 216,5 cm, La Haye, Muitshuis.

Genre dans le genre : l'autoportrait :

  • Jean Siméon Chardin, L'autoportrait à l'abat jour, 1775, pastel, 46 x 38 cm, Paris, Musée du Louvre.
  • Nicolas Poussin, Autoportrait, 1650, huile ur toile, 98 x 74 cm, Paris, musée du Louvre.
  • Rembrandt, Autoportrait au deux cercles, 1665-1669, huile sur toile, 114,3 x 94 cm, Londres.
  • Francisco de Goya, La famille de Charles IV, 1800-01, huile sur toile, 280 x 336 cm,Madrid, musée du Prado.

"Observez et analysez La femme qui pleure", portrait de Doramar, 1937, huile sur toile, 60 x 49 cm, Londres, collection Penrose

Consignes : Réalisez un portrait en plan rapproché épaule, qui mettra en évidence le choix du sentiment, de l'émotion choisie par le biais de moyens plastiques.

Mettez en évidence les valeurs expressives de :

  • la posture,
  • la déformation, l'éxagération,
  • la multiplication des points de vue,
  • la couleur,
  • la matière,
  • du geste, du graphisme,
  • la symbolique des attributs et/ou animaux.

Critères d'évaluation :

  • Avez-vous respecté le cadrage ?
  • L'émotion, les sentiments sont-ils visibles ?
  • Avez-vous exploité les valeurs expressives des écarts à la réalité
  • Cohérence du rapport fond / forme
  • Maîtrise des moyens plastiques.

Enjeux / notions :

  • la nature et les modalités de production des images : question de la série par rapport à la multiplication,
  • les images et leur relation au réel :dialogue entre limage et son référent réel (Photographie de Dona Maar),
  • Les images dans la culture artistique : comprendre la place de l'art, acteur et témoin de son temps.

Apprentissages :

  • Compétences techniques (trace, touche, geste),
  • matérialité de la peinture : épaisse, fluide, mélangée, superposée,
  • prise de conscience des valeurs expressives des écarts de formes, couleurs par rapport à la réalité, et du pouvoir de suggestion de l'image,
  • appréhender les relations entre l'image et son référent,
  • explorer les éléments rhétoriques de l'image.

Références :

Questions des valeurs expressives de différents moyens plastiques:

  • série des femmes qui pleurent de pablo Picasso
  • Autoportrait au Miroir- 1908- acquarelle, gouache et pastel sur papier- 48x 63 cm- Léon Spilliaert.
  • Autoportrait Aout/ septembre1889-Huile sur toile- 65 x 54 cm;
  • Autoportrait la main sur la joue-1910- fusain et acquarelle et gouache sur papier- 44,3 x 30,5 cm- Egon Schiele
  • Auto portrait en soldat – 1914 - Otto Dix- Huile sur carton. 68 x53,5 cm
  • Autopotrait- 1976- Huile et pastels sur toile-34x 29,5 cm- Francis Bacon.
  • La Gifle-  Vidéo couleureet sonore, montée en boucle- 2005 – Anne-Sophie Maignant.
  • Peter Campus, Three transition, 1973
  • Pipilottist, I'm not the girl who missed Much, 1986
  • Douglas Gordon, Monster, FRAC Haute Normandie, 1997, Photographie couleur

Exploitation en 3ème :

Détournement des codes du genre portrait dans l'art contemporain de l'appareil photo ou de la vidéo numérique pour la réalisation d'un portrait ou autoportrait.

Exagèrent les valeurs expressives des écarts et des moyens plastiques afin de dénoncer ou de réaliser une propagande autocritique.

réinvestissement : "Réalisez une affiche pour la paix".

Rapport avec l'histoire des arts: Art, Etat et pouvoir. : représentation et mise en scène du pouvoir (propagande) et oeuvres conçues en opposition au pouvoir.

Etude de Pavillon Russe de Boris, IOFAN, 1937, Exposition Internationale, Paris, 1937

Etude de Guernica, Pablo Picasso, 1937, huile sur toile, 349 x 780 cm, prêt temporaire au Centre George Pompidou, Metz

Etude de Miss America, Wolf Vestel, 1968